la compagnie gare au théâtre

auteurs des éditions de la gare - initiale L

marie-céline lachaud

marie-céline lachaud

AUTOPORTRAIT (Novembre 2003)
Ce que je préfère dans la vie ce sont les histoires. Les miennes, j’en fais des chansons, des romans, des contes, des pièces de théâtre, des comédies musicales. Elles naissent à ma conscience comme une vibration subtile et je m’harmonise à leur champ de résonnance : chacune choisit la forme qui lui convient. Celles des autres : j’aime accompagner des auteurs dans leur processus créatif, c’est un travail très complémentaire et presque nécessaire à ma création. Pour que toutes ces histoires que je rencontre s’incarnent au plus juste de leur sens, je fais des métiers différents selon les moments : chanteuse, conteuse, auteur, directrice artistique, productrice, formatrice, coach, etc... Je pourrais bâtir un théâtre s’il le fallait ! Pour une histoire qui me plaît, je pourrais transporter des montagnes.

jean-marc lanteri

jean-marc lanteri

AUTOPORTRAIT (Septembre 2000)
Moi je n’ai jamais rien demandé, ma naissance n’avait pas un goût de restez-y ou de revenez-y, mais j’y suis toujours, au monde et à moi-même. J’aime voyager, n’habiter nulle part, je me sens bien chez les autres, dans le restaurant luxueux d’un aéroport, au bar d’un hôtel de luxe encore, sur une couchette de train mais je peux écrire aussi bien mobile que voyageur. Chaque fois que j’écris une pièce, je pense que ce sera la dernière, perspective où se mêlent le soulagement et l’effroi. J’aime faire rire ”“ surtout dans la vie. J’aimerais mourir avec un très beau visage de femme au-dessus de moi et je ne saurai pas nécessairement son nom.

hicham lasri

hicham lasri

Rabat, Maroc - Auteur, réalisateur de cinéma
AUTOPORTRAIT (Novembre 2007)
À travers mon travail comme auteur réalisateur de cinéma, j’avais toujours une envie de théâtre, de cette envie est née ma pièce de théâtre (K)Rêve, primée par l’union des écrivains du Maroc et La Fondation Naaman, et c’est de cette envie qu’est née la volonté de risquer de se frotter au Bocal et d’être agité dans tous les sens. À travers mes écrits scénaristiques, la contrainte est plus un stimulant qu’un souci, les haies qui rendent la course plus excitante. Et c’est avec ces intentions olympiques que j’ai entamé l’écriture de « Larme de joie un jour de ZamZam ». C’était l’occasion de partir en vadrouille avec d’autres écrivains, d’échanger nos textes en cours d’écriture et d’avoir l’avis de l’autre… Le bonheur pour un dramaturge débutant.

philippe le vexier

philippe le vexier

jérémie lefebvre

jérémie lefebvre

daniel lemahieu

daniel lemahieu

AUTOPORTRAIT couturé Roubaix début des années 60 / STOP / Fret de la gare SNCF de Roubaix / SPOT / J’expédie des colis à l’unité, matinal / STOP / Milieu des années 2000 / SPOT / J’envoie des pochettes surprises de didascalies / STOP / À l’adresse des écritures non croisées / SPOT / Gare au Théâtre de Vitry s/Seine / STOP/ Mais / SPOT / À l’inverse des écrivains cyclistes, des traducteurs cyclistes, des acteurs et des metteurs en scène cyclistes, ici en transit des Balkans, à Vitry / STOP / Je pédale toujours à l’assaut du vélodrome de Roubaix pour finir enfin à l’arrivée de Roubaix à Paris via gare de Vitry correspondance Barbès / SPOT / Quand on sait qu’écrire c’est tisser et détisser les fils de la trame des fables / STOP / Et désintriquer / STOP / Je me sens encore assez bien placé pour lier S.T.O.P. et S.P.O.T. (et vice versa) / Comme les plaies et les déplaies des drames gestuels et des actions théâtrales / STOP / Moralité(s) (1) 1) Si on enlève tes fils, n’oublie surtout pas de filer. 2) Et si on te laisse filer, n’oublie surtout pas tes fils. 26-5-05 (1) Proverbes marionnettiques.

frédérique-sempè lemon

frédérique-sempè lemon

Bénin
AUTOPORTRAIT (Février 2005)
UN BÉBÉ DANS LE BOCAL Le 21 février 2005, je deviens ambidextre et même contorsionniste. J’allume mon ordinateur avec le coude, tape cinq pages avec trois doigts, tout en chantonnant des berceuses et en jonglant avec des couches, quand bébé n’applique pas sa ventouse buccale à mon sein. Parce que bébé est là. Il a moins de quinze jours et une emprise folle sur mon quotidien. Sa vue me paralyse. De bonheur, de vertige, d’angoisse aussi. Car mon petit garçon vient de découvrir le pouvoir de ses pleurs sur sa mère, novice éperdue. Mais soudain, il sourit et mon cœur s’accélère, je souris à mon tour, béatement, les larmes aux yeux. Dans mon bocal, il y a de la ouate.

françois francisco paco leo léonarte

françois francisco paco leo léonarte

AUTOPORTRAIT (Mai 2008) (Valencia Espagne 1965 ”“ ±Endroit indéterminé entre 2008 et 2070) Les références sur cet auteur sont quelque peu disperses et souvent obscures. Certes l’utilisation de différents prénoms (François, Francisco, Paco, Leo) et pseudonymes (Frédéric Léolla, Luis Lopez, …) ou le cumul de casquettes (écrivain, metteur en scène, comédien, traducteur, critique, professeur…) ne rendent pas la tâche facile aux rares chercheurs qui risqueraient de s’y intéresser. De sa production aux titres souvent abscons ou incongrus : Mais qu’est-ce qu’il est suggestif, le titre - Printemps, Candeur sagesse et vertu - Prefuturo imperfecto del subjuntivo - De historias Lepidópteros y otras Metafisias - Dédale-Machin, … on retiendra le double versant Espagnol-Français, la volonté d’expérimentation formelle non exempte de sens de l’humour et sa participation à des aventures théâtrales devenues entre-temps légendaires telles La Guillotine à Montreuil, la Gare au Théâtre à Vitry ou les théâtres d’Avion ou de Bures-sur-Yvette. Après les événements de 2009-2010, la trace de Léonarte devient plus confuse : certains historiens soutiennent qu’il entama une carrière dans la police (participation active aux Massacres de 2012-2013) ou dans l’armée (voir Splendeur et Misère du Général L.) tandis que d’autres affirment qu’il aurait continué une carrière littéraire et théâtrale sous les noms de Shakespeare, Sophocle et Paris-Match.

gérard lépinois

gérard lépinois

AUTOPORTRAIT (Avril 2001)
Gentillhomme florentin né à Pise d’un dromadaire bossu et d’une jument alezane. Fit des études de génie génétique en Thuringe, avant de demander l’asile politique au Sahara Occidental à cause de sa thèse sur les embryons voilés. N’en démordit pas, si bien qu’il finit par devenir docteur honoris causa de l’Université du Luxembourg. Mais ce qui le perdit, c’est la découverte par Sulémane Duboeuf de l’ovule planétaire en socquettes, ce qui excluait tout voile de bouche et d’ailleurs. Mais n’en démordit pas : fonda la société philanthropique financière d’investissement touareg. Mal lui en prit car c’était un nom déposé. Choisit alors de déposer son œuf à Sidi-sur-Oise. Devint alors seulement foetus commando.

judith lesur

judith lesur

AUTOPORTRAIT (Juin 2002)
Voilà, on se débarrasse des mots qui débordent, on se vide du surplus, on laisse glisser et puis on se dit c’est fait, maintenant ça n’a plus qu’à circuler dans d’autres, entre d’autres, on s’installe ouverte à demi et on regarde, on les regarde se nourrir et donner, s’approprier et rendre, on n’a plus qu’à respirer le public, tout à l’heure, et alors c’est là qu’on vous tapote sur l’épaule et qu’on vous susurre, et l’autoportrait, t’y as pensé à l’autoportrait ? Et merde, encore des choses à sortir de soi, et personne d’autre pour les pâte-à-modeler...

heling li

heling li

AUTOPORTRAIT (Novembre 2003)
Je suis née en Mandchourie, là-bas où l’hiver est très froid et où il y a beaucoup de neige. Quand le soleil se lève, il est tout rouge et tout rond derrière le paysage blanc, il m’apporte beaucoup d’espoir. J’ai quitté ce lieu il y a dix ans. Cela me paraît loin. Parfois la neige me manque... Je suis à Paris et je continue mon métier de comédienne, mais parfois écrire est mon plaisir secret. Quand je me promène dans le maquis corse, les fleurs me disent bonjour : vivre c’est bien !

jean-louis lippert

jean-louis lippert

Belgique
AUTOPORTRAIT (Novembre 2006) Le portrait d’un écrivain ne se distingue pas de sa biobibliographie. Jean-Louis Lippert est né à Stanleyville (Congo belge) en 1951. Après une décennie d’écriture par les actes, il passe à l’acte d’écriture en créant la Sphère Convulsiviste en 1979. Cette Internationale d’un seul homme (du reste fictif), dont le nom Anatole Atlas - relie l’Est et l’Ouest, l’Orient et l’Occident, l’Anatolie et l’Atlantide, se veut une mise en question radicale de l’idéologie situationniste. Sous ce pseudonyme et à l’enseigne de cette ultime avant-garde, il publie notamment : Manuscrit de la Mère-Rouge 1985 - Autopsie du XXème siècle 1986 - Transe pour retrouver le sens du devenir 1987 - L’au-delà est là 1988 - Mémoire du Temps 1990. Vient alors le moment de déployer un cycle romanesque au long cours, en 7 volumes (dont 6 déjà parus), épousant les vertiges, extases et désastres de notre temps à l’échelle planétaire. Depuis plus de vingt ans, Jean-Louis Lippert élabore cette cathédrale de brume où s’élève la Mélopée d’Anatole Atlas, Aède, Athlète, Anachorète. Citons Pleine lune sur l’existence du jeune bougre 1990, Mamiwata 1994, Dialogue des oiseaux du phare 1998, Confession d’un homme en trop 1999, Tango Tabou de l’Ombu 2002. Dernier titre paru : Tombeau de l’aède, César contre Césaire 2205. Anatole Atlas s’est permis de reprendre son nom de plume en 2003, à la faveur de la croisade en Iraq, en signant un violent pamphlet qui éclaire cette guerre à la lumière de l’Iliade d’Homère : Global viewpoint - Le point de vue d’Homère sur la face cachée du monde.

carlos liscano

carlos liscano

Uruguay

jacques livchine

jacques livchine

lila louxe

lila louxe

philippe lyon

philippe lyon