la compagnie gare au théâtre

auteurs des éditions de la gare - initiales T > V

nadjet taibouni

nadjet taibouni

AUTOPORTRAIT (Avril 2002)
Juriste, c’était le rêve qui a accompagné mon enfance, ma jeunesse, car j’avais le don d’être juste, équitable (d’après les dires de mon entourage). Et j’ai étudié avec brillance, licence puis magistère en droit. Mais au fil des années, cette justice n’est devenue qu’une illusion, le doute a fait son nid dans ma tête au point où je me suis posée cette question « avons-nous le droit d’être injuste tout en étant juste ? » La réponse était claire, j’abandonne l’univers de la droiture qui est conçue sur des virages vicieux, et pour sauver ma peau j’ai préféré fantasmer à ma manière, construire des chateaux d’images, de symboles. Le plus drôle, dans cette histoire, c’est que je devins créatrice de mes propres principes, sympa ! Je suis même arrivée à créer mes propres personnages : bons, mauvais, beaux, laids… C’est pas toujours drôle ! Et voilà, l’aventure commence par des écrits, une co-écriture théâtrale, une deuxième écriture dans le même univers, et mon premier rêve se concrétise en instaurant les lois justes et équitables, pour essayer d’être au moins un bon justicier ! Parfois j’aime ce que j’invente car j’ai fini par comprendre que la vie est un théâtre !

aristide tarnagda

aristide tarnagda

Burkina Faso
AUTOPORTRAIT - Juin 2009
Je suis Aristide Tarnagda Je suis du Burkina Faso Pays où la pluie est une Absence chronique Pays où la société qui distribue l’eau a pour devise : "L’eau c’est la vie". Alors beaucoup de gens chez moi n’ont pas la vie, puisqu’il n’y a pas d’eau ou qu’elle est inaccessible vu son coût et vu le revenu de la population. Alors quand je vois les caisses et les maisons et les motos à Ouaga et à Bamako qui baignent dans l’eau du robinet je rigole également. Tout ça est marrant, ou du moins, il vaut mieux en rigoler. Rigoler et oublier les injures que se lancent en pleine gueule les femmes autour des rares fontaines dans mon pays. Rigoler et oublier les pétages de gueules dans les quartiers, les villages sans eau...

luc tartar

luc tartar

« Mon écriture est née d’une fréquentation gourmande des plateaux de théâtre. J’ai commencé par être comédien (je le suis encore) et puis j’ai eu envie d’aller faire un tourdu côté de la langue elle-même. Je n’en suis pas encore revenu. Pas à pas je m’aventure dans un théâtre qui n’est ni réaliste, ni psychologique. Je plonge mes personnagesdans un univers décalé dans lequel les repèresse dérobent. Je travaille sur le cauchemar, surle surgissement dans le quotidien du burlesque et de l’innommable, c’est-à-dire de la poésie et de l’émotion. C’est un théâtre de la déglingue,tour à tour lapidaire et hémorragique, dédale de cris et de fous rires, dans lequel circule une urgence absolue, celle de dire ce monde d’aujourd’hui qui nous échappe en même temps qu’il nous traverse de part en part. »

kouam tawa

kouam tawa

Cameroun
AUTOPORTRAIT (Février 2005)
Ego : Qui tu fus ? Alter-Ego : Un fils de chauffeur qui rêvait de devenir pilote. Ego : Quel pilote ? Alter-Ego : Celui qui mène les hommes d’une terre à une autre. Ego : Qui tu es ? Alter-Ego : Un enfant du monde qui rêve de devenir poète. Ego : Quel poète ? Alter-Ego : Celui qui mène les hommes d’un rêve à un autre. Ego : Qui tu seras ? Alter-Ego : Chut ! Demain nous le dira.

dragoslav todorovic

dragoslav todorovic

Belgrade - Serbie

leïla toubel

leïla toubel

AUTOPORTRAIT (Avril 2001)
Âge 11 ans… Née au Théâtre Organique et l’Espace El Hamra le 26 avril 1990... Le maître qui m’a appris à marcher s’appelle Ezzeddine GANNOUN... Je change de prénom tous les deux ans... Mon dernier est Kmaira... Je fais le plus beau métier au monde... Je suis ACTRICE...

philippe touzet

philippe touzet

France

Originaire des Hautes-Pyrénées, Philippe Touzet a passé son enfance à Mios, près du Bassin d’Arcachon.

Auteur dramatique, comédien et metteur en scène, il a écrit une dizaine de pièces. La plupart sont éditées aux Editions Espaces 34 : Au bout de tout , Entre chienne et loup, Bis repetita et aux Editions Les Impressions Nouvelles : C’est materre et c’est les miens, Un prince dans la nuit.

Il est co-fondateur, avec Philippe Alkemade, de la revue mensuelle BAT - Le Billet des Auteurs de Théâtre. www.lebilletdesauteursdetheatre.com

denis trouxe

denis trouxe

AUTOPORTRAIT (Juin 20002)
Attendu que les autres sont plus intéressants que moi Attendu que j’ai de la peine à le croire Attendu que la vie me semble assez belle Attendu que l’univers peut se passer de moi Moi Denis Trouxe, nombril du monde, Agrégé dans les sciences de l’auto-dérision Médaille d’or de l’exposition universelle de Paris 1899 DÉCIDE Que mon auto-portrait ne serait qu’une vaste fumisterie Si je me lançais dans le centième de sa rédaction DÉCLARE Vouloir rester fidèle aux mystères de l’auto-dérision Plutôt qu’à l’imposture de l’auto-portrait.

alain turgeon

alain turgeon

AUTOPORTRAIT (Février 2002)
J’ai 34 ans mais le week-end, je fume des pétards comme un jeune écervelé. Je suis définitivement moins mature que m’as-tu-vu. J’essaie tant bien que mal de joindre les deux bouts, ce qui m’oblige à faire le grand écart. Je suis souvent délicieux quoique cyclothymique. Je ne suis pas très reconnaissant mais pas non plus très rancunier. Je tente souvent de faire passer mon égoïsme pour de l’égocentrisme. Je suis sincère la plupart du temps par pur calcul. J’ai une assez fâcheuse tendance à pratiquer l’excès et à me dévaloriser inutilement. En grandissant, je suis devenu très poilu et trop poli.

y. aslihan unlu

y. aslihan unlu

Erevan / Turquie

pinar uysal

pinar uysal

Turquie
Née en 1979. Diplomée de l’université d’Ankara, section dramaturgie et écriture. A déjà écrit beaucoup de pièces pour la radio, de scénarios pour la TV et de pièces pour enfants.

nicolas vargas

nicolas vargas

nathalie veuillet

nathalie veuillet

AUTOPORTRAIT (Septembre 2000)
Izmit-Izmir-Paris-Lyon, des tonnes d’informations dans les fils, des tas de connexions difficiles. Je suis seule à écrire, seule loin de tous, loin de vous. C’est très difficile de ne pas toucher l’autre, de ne pas sentir l’autre, de ne pas voir l’autre.

sylvie villaume

sylvie villaume

matéi visniec

matéi visniec

Bucarest / Paris

AUTOPORTRAIT (Mai 2007)
Je suis né au bout du monde, en Bucovine, au nord de la Roumanie ; une région où les frontières ont pas mal bougé... J’ai eu un grand-père qui avait servi dans l’armée de l’empire d’Autriche-Hongrie, un oncle qui avait fait la guerre contre les Russes à côté des Allemands, et un autre qui était devenu soldat de l’Armée Rouge. Ce n’est pas par hasard que j’ai aimé Kafka et Tchekhov. Mais mon premier poème a été une adaptation d’une fable de La Fontaine. Mon premier héros a été d’Artagnan, mon acteur préféré Jean Marais. Je n’avais pas encore appris le français à l’époque où j’ai quitté le lycée, mais j’avais déjà lu tous les classiques de la littérature française, ainsi que d’autres auteurs comme Camus, Ionesco, Le Clézio... Le régime communiste n’avait pas réussi à fermer totalement la frontière de la culture. En septembre 1987, je suis arrivé en France comme dans ma patrie mentale. Mon autoportrait c’est mon parcours et une certaine façon d’idéaliser la France.

vladimir vitine

vladimir vitine

Sibérie